Jour 08: L’aventure ne s’arrête pas là!

La nuit a été courte, nous avons essayé de dormir tant bien que mal dans l’avion qui nous ramenait à Amsterdam où nous avons atterri à 7h ce matin. A près un bon café, nous ré embarquons direction Paris.
A 11h, nous voilà toutes réunies autour de nos bagages.  Il est temps pour Cécile, Zoé et nous cinq de rentrer chez nous…
Nous vous laissons là, mais c’est loin d’être la fin de l’aventure! Nous avons des souvenir plein la tête à partager avec vous.
Et grâce à Zoé, la septième de l’équipe et  notre photographe officielle,  nous avons de magnifiques photos du voyage. Nous espérons bientôt pouvoir vous les montrer. Un grand merci à elle pour ses clichés. Merci de nous avoir rejoint dans l’aventure.
Merci aussi à toute l’équipe de Congema Safari, qui a su nous porter jusqu’au sommet avec sourires et attention.
Un grand bravo aussi à Cécile, notre blessée de guerre, toujours motivée et  enthousiaste. Nous sommes heureuses d’avoir pu gravir le sommet de l’Afrique avec elle. En espérant que nous puissions continuer à agir pour nos blessés de guerre!

20160408_062052[1]Toutes ensembles au sommet. 20160406_182811[1]Cécile et Zoé prenant des photos du sommet. 20160407_081314[1]Zoé en plein travail.

Jour 07: Retour sur terre.

20160409_104806(Toute l’équipe de Congema Safari, qui nous a accompagné jusqu’au sommet, chantant et dansant pour célébrer la fin de l’aventure)

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous réveillons à 5h30 pour notre dernière matinée en Tanzanie. Comme cela s’est passé vite ! Après un petit déjeuner copieux, nous dévalons plutôt rapidement les 9 kilomètres et 1200 mètres de dénivelés qui nous séparent de la porte de sortie du parc national du Kilimandjaro. Nous avons les jambes lourdes avec la journée d’hier, mais le cœur  léger. Nous repassons dans des paysages de jungle et nous croisons à nouveau des « Blue Monkeys », des singes bleus. Une fois en bas nous signons les papiers de sortie et nous recevons nos certificats d’ascension ! Puis, des médias locaux arrivent pour une conférence de presse. Des journalistes de « Star TV », une chaine locale, ainsi que des magazines nationaux. Nous nous prêtons donc au jeux des interviews en Anglais ou en Swahili. Cela fait beaucoup rire nos guides. Les questions portent sur le but du projet, sur les blessés de guerre ainsi que sur l’ascension. Notre parcours militaire semble les intriguer. Un garde nous raconte qu’en Tanzanie, si personne ne meurt lors des classes, c’est que l’entrainement était trop facile ! Les journalistes s’attardent également sur notre impression du séjour, ils sont très fiers de leur pays et sont heureux que nous ayons pu le visiter. Après cet exercice de style en Anglais, et les adieux dansants à notre équipe au complet, nous redescendons dans la plaine direction l’Hotel. Nous allons enfin pouvoir prendre une douche après 7 jours de marche ! L’accueil hôtelier est bien loin de la chaleur et de l’enthousiasme de nos guides, mais nous n’y restons que quelques heures avant de repartir prendre l’avion. Nous traversons une dernière fois les paysages africains et nous décollons  à 20h50.

JOUR 6 : l’aurore resplendissante du Pékin de Kilimandjaro

La journée a été longue, très longue. Elle a commencée hier pour être exacte, puisque nous nous sommes réveillées à 23H pour nous préparer et grignoter quelques biscuits avant l’ascension.
A minuit, nous sommes toutes équipées : bonnet, gants, parka. La nuit va être longue et fraîche.
Nous commencons notre lente ascension depuis le camp de base à 4600mètres, la nuit est claire et magnifique. Nous formons une petite procession de lucioles avec nos lampes frontales pour éclairer le chemin.
Le froid nous saisit vite. Nous marchons lentement dans la neige, on ne voit que les pas de la personne de devant. Il fait -15degrés, nous sommes glacées, les heures défilent dans le noir total.
Nous entendons seulement le vent et les respirations sacadées des autres. L’altitude, la fatigue et le froid se font ressentir. Mètres après mètres, nous arrivons au Stella Point à 5787 mètres. L’émotion est intense.
La nuit est encore noire, il est 5H du matin et nous essayons de nous réchauffer avec un peu de thé. Nos bouteilles d’eau ont déjà commencé à geler et nos doigts ne répondent plus.
Heureusement que nos guides sont là pour nous remonter le moral :  » Soldiers never give up !  » .
On se remet vite en marche pour les derniers 100mètres de dénivelés, ils paraissent interminables : maux de tête, froid, nausées liés à l’altitude.
Nous sommes unies toutes les 7, nous nous tenons, nous nous poussons, nous nous encourageons, nous avons mis tant d’efforts là dedans et nous y sommes presque !
Enfin, à 6H, le ciel commence à rougeoyer et l’on voit enfin le mythique Uhuru Peak se dessiner devant nous. Toutes ensembles nous atteignons le sommet à 5895m d’altitude et l’émotion nous submerge. Quelle aventure !
C’est à ce moment que l’aurore resplendissante du pékin de Kilimandjaro se montre à nos yeux éblouis, emerveillés, transfigurés ! Quel spectacle !
Le soleil se lève à l’horizon sur une mer de nuages et seuls quelques sommets les transpercent. Juste en dessous de nous les glaciers commencent à s’illuminer des premiers rayons du soleil. Cela vaut bien quelques souffrances.
Nous prenons ensuite toute une série de photos au sommet. Désormais la pucelle promotion trône fièrement au sommet de l’Afrique. Puis, nous nous dépêchons de redescendre.
Il fait toujours assez froid. 3H après, nous voilà de retour au camp de base, fatiguées, marquées . Une petite sieste et un repas après, nous reprenons la descente jusqu’à 3100mètres au camp de Mweka.
Nous aurons fait 4090mètres de dénivelé cumulé aujourd’hui.
Demain c’est déjà la fin de notre marche. Nous parcourerons les derniers 9km qui nous séparent de la porte de sortie du parc National du Kilimandjaro.

*PDK : référence au Pékin de Bahut, symbole de la fin de la scolarité à Saint-Cyr

DSC_0696
toute l’équipe au sommet
DSC_0702
lever du soleil vu de l’Uhuru Peak (5895M)
DSC_0704
redescente vers le camp de Mweka

JOUR 5 : Au dessus des nuages…

jeudi 07 avril, 16h16, Barafu Camp
Nos prières ont à nouveau été exaucées : il fait grand beau aujourd’hui quand nous nous levons et une mer de nuage s’étend sous nos pieds. C’est magnifique !

On a envie de finir notre petit déjeuner dehors.

Ce matin encore, nous participons aux chants et danses de motivation, nous connaissons bientôt les paroles par cœur : « Kilimanjaro Hakuna Matata ».

La montée est lente mais le soleil nous motive. Nous prenons (encore) des couleurs, le soleil tape fort.

Nous arrivons à 12H au camp de Barafu, le camp de base situé à 4600  mètres d’altitude. On commence à ressentir les effets de la hauteur, et certaines d’entre nous ont mal au crâne. Rien d’anormal, apparemment.

Nous profitons de l’après midi pour se reposer car cette nuit nous partons vers minuit pour l’ascension finale. Et à voir la tête de touristes redescendant, cela à l’air très éprouvant !

PS : Petite erreur de notre part, hier nous étions au camp de Karenga et non Barafu puisque ce dernier se trouve à 4600m, où nous nous trouvons actuellement.

DSC_0651
la colonne marche devant l’Uhuru peak (le sommet !)
DSC_0660
cairns au premier plan devant mer de nuage et mont meru dépassant au fond

JOUR 4 : la prière des cairns exaucée !

mercredi 06 avril, 19h00, Karenga Camp

Du soleil ! enfin ! Il n’a pas été vain de poser des cailloux en pyramides (cairns) pour souhaiter le beau temps.
Quel bonheur de sortir de la tente et de sentir la chaleur des rayons du soleil et surtout de voir à plus de 10mètres.
Nous sommes au dessus des nuages et the Baranco Wall , le mur du petit déjeuner, nous domine de ses 300mètres de haut.
C’est ce mur que nous allons escalader; nous prenons donc des forces, faisons les sacs et nous mettons en route sous les chants d’encouragements de l’équipe.
Après 1H30 nous atteignons the top of the wall (4200m) le plus haut point de la journée et la pluie accompagnée du vent nous rattrapent.
Pourtant, chose étrange, le soleil a déjà laissé ses marques sur nos visages tout rouge. Nous traversons un paysage lunaire avec des dunes de sable noir et des cailloux , et au fur et à mesure que nous redescendons, la nature reprend ses droits.
Nous arrivons finalement au bout de 4H de marche au camp de Karenga situé à 4045mètres d’altitude pour y passer notre dernière vraie nuit avant l’ascension finale.

DSC_0556
Quitterie et Maëlle les surricates
DSC_0633
une prière pour le soleil (cairns) au camp de Barafu
IMG_5410
Le fameux Baranco wall !!

JOUR 03 : Fausse joie

mardi 05 avril, 20h00, camp de Baranco

Ce matin  le ciel était clair et dégagé après une nuit longue et pluvieuse. Les porteurs ont entamé des chants et des danses pour se réchauffer et se motiver. Cela nous met dans l’ambiance. A 08H40 nous partons doucement doucement. On dépasse vite les 4000m, l’altitude se fait sentir. Un rayon de soleil vient nous réchauffer vers 09H30, mais très vite la pluie battante s’abbat à nouveau sur nous. Plus on monte, plus on ressent les effets de l’altitude. Claire suit à son rythme.
Après 4h de marche, nous arrivons à Lava Tower, une formation rocheuse à 4600m. Nous sommes presque à l’altitude du Mont Blanc. La pluie s’est transformée en neige mouillée et glaciale. Nous essayons de nous réchauffer et de manger un peu malgré nos corps glacés. Puis l’on redescend sur un chemin escarpé, ravineux pendant 2H.  Nous sommes transpercées par la pluie. Malgré tout, les guides sont fiers de nous. Nous n’avons ni vomi, ni faibli avec l’altitude. Nous arrivons fatiguées mais heureuses au camp de Baranco à 3940 mètres d’altitude. Un thé chaud nous attend, c’est un bon remonte moral.
Après une sieste, c’est repas chaud : spaghetti bolognaise !!!!
Et ce soir enfin, la connexion satellitaire fonctionne !
Demain, on commence par le « Baranco Wall » : le mur du petit déjeuner , 300m de dénivelé à pic pour bien commencer la journée.

COMPRESS PHOTOS6 COMPRESS PHOTOS5

JOUR 02 : Un temps digne de Coëtquidan

lundi 04 mars, 20h00, camp de Shira

Ce matin nous nous sommes levées à 7h et pris un petit-déjeuner consistant pour la marche d’aujourd’hui.
Avant de partir, l’équipe de Congema Safari s’est présentée au complet : guides, porteurs et cuisiniers qui partagerons cette aventure extraordinaire jusqu’au sommet. Pour donner du courage et le sourire à tous, ils ont chanté avec entrain un chant que les militaires tanzaniens utilisent pour se donner du courage.
D’ailleurs, nous avons découvert que chaque élève officier tanzanien se devait de faire l’ascension du Kilimanjaro avant de devenir officier. Cela nous touche car nous vivons une des épreuves physiques de la formation d’un officier tanzanien. Ainsi, c’est galvanisées que nous partons à 8h40 pour atteindre le prochain camp. La pluie battante nous a accompagné peu de temps après le départ, mais nous avons marché à un bon rythme à travers des paysages aux airs de steppes (appelés landes).
Nous avons atteint les 3900 mètres d’altitude après 4 heures de marche pour redescendre à 3800 mètres au camp de Shira
Nous avons pu nous sécher, prendre un repas chaud et nous reposer, l’altitude faisant sentir ses effets.
A cause des conditions météorologiques, notre sortie au dessus des 4000 mètres qui était prévue initialement a été annulée et nous avons pu nous reposer et passer du temps ensemble jusqu’à l’heure du dîner.
Les prochains jours s’annoncent difficiles. En effet demain nous franchissons le premier col au sommet duquel nous déjeunerons, à 4600 mètres d’altitude.

COMPRESS PHOTOS3

Jour 1 : c’est parti mon Kili !

dimanche 03 avril 21h30, machame Hut.

Arrivées hier à l’aéroport de Kilimandjaro à 19h30 heure locale (+1h de décalage en Tanzanie) l’équipe de Congema Safari nous a accueillies et transportées jusqu’à un hôtel à Arusha.
Apres une bonne nuit de sommeil et un petit déjeuner consistant, le départ est annoncé à 09h .
Il nous a fallut 2h de route pour atteindre la machame Gate à 1800 mètres d’altitude qui sera notre point de départ.
Nous nous mettons en route à 13h20 pour parcourir les 1200 mètres de dénivelé qui nous sépare de machame HuT (3000 mètres d’altitude ) en 4h.
La pluie battante nous a accompagné pendant 1h30 à travers la jungle. Les paysages sont dignes d’un film de Tim Burton (#Big fish pour les connaisseurs). une fois sèches, nous avons dégusté un excellent repas chaud, local et copieux qui nous sera utile pour la marche de demain. Demain, présentation de la dream team de porteurs et guides puis départ à 08h30 pour le camp suivant situé à 3800m d’altitude. Apres le repas de midi nous ferons une petite marche d’acclimatation au dessus des 4000metres.
Nous avons aussi eu l’occasion d’apprendre quelques mots en souali qui est la langue parlé par les massai . Par exemple : asunté pour Merci, caribou pour bienvenue, djambo pour salut, mambo pour comment ça va et bien sûr ….. Hakuna Matata (pas de soucis tout va bien) .
Nous nous excusons de ne pas avoir mis de photos, celles ci arriveront au plus vite. La montagne ne nous permet pas encore la communication internet par satellite.

Aurore, Bénédicte, Maëlle, Claire, Quitterie et Cecile .

JOURNAL DE BORD : Le départ (suite)

samedi 02 avril, 9h30, Amsterdam.
Nous vous écrivons depuis la salle d’embarquement d’Amsterdam où nous attendons l’avion pour le Kilimandjaro. Nous devrions décoller à 10h15 et arriver à 19h50 heure locale (soit 21h50 heure  française).
Après un bon petit déjeuner pour reprendre des forces, nous voilà reparties pour 11h de vol. Le moral est au beau fixe et nous avons hâte d’arriver en Tanzanie.
Claire, qui s’est fait une luxation de la rotule en tombant de cheval il y a deux jours, va bien. Elle garde le sourire et se préserve en attendant demain matin. Nous referont un point au moment du départ.
A très vite!
Toute l’équipe.
dans l'avion

Ascension du Kilimandjaro avec la promotion Chef d'Escadrons de Neuchèze et une blessée de guerre

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.